Où l’on reparle des 35 heures …


Ah, ces fameuses 35 heures. Elles en ont fait couler bien de l’encre et de la salive depuis qu’elles ont été instaurées par la loi du 13 juin 1998 de Martine Aubry !

Elles devaient ruiner la France, tout le monde (intelligent et, accessoirement néolibéral) s’en gaussait. Elles étaient taxées de tous les maux par l’UMP : une « ânerie », une « fumisterie économique », une « catastrophe », selon l’ex-porte-parole du parti, Frédéric Lefebvre, par exemple (mais qui connaît Frédéric Lefebvre ?). A gauche on continuait à défendre idéologiquement cette mesure emblématique du gouvernement Jospin.

2011. Voici qu’on reparle des 35 heures. Et dans tous les camps.

De façon assez surprenante la gauche a dégainé la première par l’entremise de Manuel Valls : « Est-ce que, dans le monde tel qu’il est aujourd’hui, avec la concurrence que nous connaissons, pouvons-nous nous permettre d’être sur des idées des années 1970, 1980, 1990 ? Non. Il faut dépasser la question des 35 heures. Oui, nous devrons déverrouiller les 35 heures ».

« Déverrouiller les 35 heures ». Dans la bouche d’un homme du PS c’est osé, iconoclaste (mais Manuel Valls n’a aucune raison d’assumer l’héritage Jospin !) , voire schismatique …

Plus surprenant, cette affaire divise la droite. Jean-François Copé, Secrétaire Général de l’UMP ne cache pas qu’il est pour l’abrogation pure et simple de cette loi. Nicolas Sarkozy a répété, lors de sa dernière interview, que les 35 heures avaient été « une erreur économique considérable et une erreur sociale », mais il concentre ses griefs sur le terrain des valeurs. Comme il l’expliquait en 2009, cette réforme a, selon lui, « détruit une certaine idée que se faisait la société française du travail », et par là-même « provoqué un système d’assistanat ».

Qu’en est-il exactement ? Un excellent article du Monde daté du 4 janvier dernier fait le bilan. En voici quelques extraits ci-dessous.

« Depuis 2002, l’UMP a très largement modifié la loi de Martine Aubry : pas moins de cinq nouvelles lois sont revenues sur les 35 heures, assouplissant la possibilité d’heures supplémentaires et les contraintes pour les entreprises. Et au final, avec 38 heures travaillées en moyenne par semaine et par employé en 2009, selon l’OCDE, la France fait mieux que l’Allemagne (35,7 heures), la Grande-Bretagne (36,6 heures), la Suisse (35,1) ou la Norvège (33,9). Plus impressionnant encore, ce classement d’Eurostat incluant les heures supplémentaires montre que les Français travaillent en moyenne 41 heures par semaine. Le même chiffre qu’en 1997, avant la mise en place des 35 heures.

Au point qu’on peut légitimement se demander si c’était bien nécessaire de voter une loi, de surcroît si controversée, pour en arriver là.

Pour ma part, je suis convaincu qu’il ne fallait surtout pas une loi. Sauf que, reportons-nous à 1998, le dialogue social était alors bloqué et le patronat refusait toute discussion avec les syndicats. Forçant donc le gouvernement à légiférer. Et quand le gouvernement légifère, naturellement, cela ne donne pas toujours de très bons résultats.

En tout cas, selon les études (non partisanes) présentées ci-dessus, la catastrophe économique ne s’est pas produite … C’est déjà ça. De plus cela a forcé les partenaires sociaux à dialoguer et à trouver des accords dont, si l’on exclut les idéologues, la plupart y trouvent leur compte.

Comme d’habitude, ce sont les petites gens qui n’en profitent pas, voire en pâtissent (horaires explosés, précarisation, …). Mais ça, la loi sur les 35 heures n’est pas la seule à aboutir à ce résultat !

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Opinions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s