Pourquoi n’entend-on pas les arabes à propos de Gaza ?


Certes on ne peut que condamner l’agression israélienne contre la bande de Gaza.
Mais une chose m’étonne : on n’entend pas (ou peu) les pays arabes protester, menacer, etc. On ne les d’ailleurs jamais beaucoup entendus. Mais là ! Leur silence est assourdissant.
Comment expliquer cela ?
Je vous propose un petit voyage historique pour essayer de mieux comprendre.
Le Hamas a été créé en 1987, comme l’aile des Frères Musulmans d’Égypte. Les Frères Musulmans est une organisation panarabe qui prône l’instauration de régimes islamiques basés sur la charia (donc pas très sympa pour les régimes en place et encore moins pour nous occidentaux). Même si les « filiales » des Frères Musulmans dans les différents pays du Moyen Orient ont mis beaucoup d’eau dans leur vin (ce qui est bien la moindre des choses pour un mouvement musulman intégriste !). Ils semblent notamment avoir condamné le recours à la violence pour atteindre leur objectif qui reste toutefois l’instauration de régimes islamistes, sauf en Palestine.

Dans ce pays, le Hamas a, en effet, inauguré les attentats-suicides dès 1993.
Mais, et c’est là que le cynisme apparaît, son ascension en Palestine est favorisée par l’extrême droite israélienne selon plusieurs observateurs : le Likoud de Benyamin Netanyahu et d’Ariel Sharon. Dans le but de faire capoter les accords d’Oslo : accroissement de la tension et, surtout, affaiblissement de Yasser Arafat, acteur de ces accords.
Après l’assassinat de son chef (Cheikh Ahmed Yassine) par l’armée israélienne en 2004 (allez comprendre : c’était sur ordre du même Ariel Sharon dont il est question ci-dessus – son passage au pouvoir l’avait-il éclairé ou bien avait-il besoin de montrer à ses électeurs qu’il combattait pour leur sécurité : les attentats-suicides étaient tout de même bien gênants et le gouvernement israélien ne pouvait pas ne rien faire !).
La stratégie du Hamas change alors et il semble se reconvertir en parti politique « ordinaire » : il remporte quelques succès aux élections législatives de 2005, puis les élections législatives en janvier 2006, ravissant la majorité au Fatah de Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité Palestinienne, successeur de Yasser Arafat et seul interlocuteur internationalement reconnu. Du coup la communauté internationale, les USA en tête, déclare qu’on ne peut pas traiter avec le Hamas tant qu’il ne renonce pas à ses opérations kamikazes ni à la destruction d’Israël (comme sa charte le prévoit encore aujourd’hui).
Bref ! A l’issue de ces élections il se produit une guerre civile entre Palestiniens (eh oui ! ils se battent également entre eux) à l’issue de laquelle le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza. C’est toujours la situation aujourd’hui.

C’est là que l’Iran entre en jeu. Ce qui est surprenant parce que l’Iran, comme chacun le sait bien, est chiite alors que le Hamas (comme la grande majorité des arabes du Moyen Orient, à l’exception du Hezbollah libanais) est sunnite. Et que sunnites et chiites se vouent une haine millénaire.
Alors pourquoi l’Iran chiite aide-t-il et arme-t-il le Hamas sunnite ? On peut d’ailleurs supposer qu’il l’a aidé financièrement depuis longtemps.
D’abord parce que le Hamas le leur a demandé, comme à tous les pays arabes d’ailleurs (car pour gérer Gaza, il n’y avait plus d’argent). Seuls les iraniens ont accepté, alors que tous les autres pays arabes (notamment les pétro-monarchies du golfe) ne l’ont pas fait. Donc ça crée des liens, même avec des ennemis millénaires ! Et puis, les iraniens savent bien qu’ils sont sous la menace des israéliens et que financer un « état » qui prône la destruction d’Israël, ça a une certaine logique.
Donc, à travers le Hamas, c’est l’Iran qui est visé par ricochet et réciproquement.
Que vaut la vie de quelques centaines de civils palestiniens dans ce jeu stratégique ? Rien ou à peu près rien.
Car, si Israël massacre à tout va et en toute impunité (à court terme, d’ailleurs, parce qu’à long terme, on peut s’interroger : cette agression met en difficulté tous les pays arabes modérés, en paix avec Israël), le Hamas ne fait pas le moindre geste pour les protéger : ses « batteries » de roquettes sont noyées dans les habitations et ils savent pertinemment que les répliques de l’armée israélienne ne peuvent que frapper des civils.

Et que fait le Hesbollah ? C’est un mouvement chiite libanais (donc ami des iraniens et financé par eux) qui a longtemps envoyé des missiles sur Israël depuis ses bases du Sud Liban. Cela a provoqué le conflit israélo-libanais de 2006 de plus d’un mois en juillet/août 2006 (dont nous nous souvenons tous). Ce conflit fera beaucoup de morts (1200 civils libanais au moins) et de destructions au Liban. Il ternira la réputation de l’armée israélienne dont l’opinion publique retiendra qu’elle n’a pas réussi ses objectifs. Cependant, dans notre affaire, le Hesbollah n’essaie pas d’ouvrir un nouveau front pour aider les palestiniens de Gaza. Pourquoi ?

Donc le cynisme des uns est en compétition avec le cynisme des autres.
Bon courage pour débrouiller tout cela.

Heureusement, Zorro-Obama viendra le faire dans une dizaine de jours.
Je suis, pour ma part, curieux de voir comment ….

Dernière minute : lisez l’article très instructif des Echos « L’ONU appelle les pays du Golfe à financer l’aide aux Palestiniens de Gaza« . C’est réellement peu de dire qu’on n’entend pas les arabes !

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Opinions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s